Archives

La rose de Jéricho


·

Au désert de la Morosité ,
Où s’enlisent les sensations
Et où s’assèchent les sentiments ,
Quand la nuit et l’ennui s’unissent ,
Sur sa couche de sable et de cendre ,
S’endort la rose de Jéricho .
Dans l’arène de silence et de solitude ,
Souveraine est l’angoisse ;
Le désarroi d’un coeur privé de rênes ,
Au sérail , emprisonné .

·

Au désert de l’Aridité ,
Où croissent les épines et les ronces
Et où les pierres elles-mêmes ne crient plus ,
Sous les assauts incessants
Du soleil à son zénith ,
Sous l’offensive du vent impétueux ,
La fleur suffoque et se flétrit .
Artères de l’être altérées ,
Terrain d’exultation inculte ,
Tel un jardin de joie en jachère .

·

Étoile esseulée ,
En une nacelle de sable , enlisée ,
Cesse donc de te désoler !
Du ciel , la fraîche rosée matinière ,
– Bénéfice évanescent , –
À un nouvel avènement , te mènera .

·

Isadova

·

jean-franc3a7ois-portaels-1818-1895-jeune-marocaine-aux-roses
Jean-François Portaels - Jeune marocaine aux roses
Publicités

À Éléonore


·

Les yeux d’Éléonore ,
Sont deux miroirs de clarté ,
Reflétant l’altissime coupole du ciel ,
De précieux éclats de saphirs , constellée ;
De son coeur , l’aurore et l’arc-en-ciel .

·

Les lèvres d’Éléonore ,
Sont deux messagères de paix ,
Déclamant des mots doux , des mots de miel ,
De fleurs de mimosas d’or , aromatisés ;
De son coeur , le trésor essentiel .

·

Les mains d’Éléonore ,
Sont deux ailes de douceur ,
Dispensant des caresses substantielles ,
De baume au lait d’amande , sublimées ;
De son coeur , le réconfort providentiel .

·

Isadova

·

Afficher l'image d'origine·
William Bouguereau - La charité

·

Un coeur en hiver


·

Un chant d’errance ,
Une complainte sans rimes ,
Méduse l’air et la terre .
Si Frimaire frappe à la porte ,
Ne sois point dépité , mon être !
Dans l’âtre , crépite un feu follet
Aux flammes fantasques .
Assouvis sans délai , mon âme ,
Ton désir de vers …

·

Oyez , oyez , visons , hermines et isatis !
Voici messire Hiver ,
– Coeur de cire , souffle d’ire , –
En livrée d’étincelant satin blanc ,
Brodée de plumes , d’étoiles et de fleurs de givre ,
De paillettes iridescentes , toute rehaussée ;
S’avançant en carrosse de cristal scintillant ,
– Ô , féeriques arabesques ! –
Nimbées d’un halo de lune …

·

Vers l’éther , s’élève alors ma prière .
Une lueur salutaire affriole mon coeur ;
Du perce-neige et de la primevère , une envie vraie .
Soif de vie , de saison florifère ,
Du vert tendre , l’avènement qui vient .
Vertige d’espérance !
Ô , vénusté juvénile des jours d’Avril , reviens !
D’un ravissement nouveau ,
Ressentir la verve et l’ivresse …

·

Isadova

·

 Afficher l'image d'origine
·Charles-François Daubigny - Paysage d'hiver 

Le jardin de Jade


·

Le jardin secret de Jade ,
Jalonné de somptueuses roses de Saron ,
Jouit de délicates et capiteuses senteurs ,
Émanant de pétales en calice ,
Précieux damas de satin et de soie .

·

Le jardin secret de Jade ,
Jalonné de gemmes de grand prix ,
Jouit d’une glorieuse et ineffable lumière ,
S’élevant de perles de nacre irisé ,
Étincelant arc-en-ciel de tons pastel .

·

Le jardin secret de Jade ,
Jalonné de colibris et de colombes ,
Jouit d’une indicible douceur ,
Découlant de plumes duveteuses ,
En caresses de neige céleste .

·

Isadova

·

https://i2.wp.com/www.leebogle.com/images/The%20Rose%20Garden.jpg
Lee Bogle - The rose garden

·

Automne languissant


·

Le temps du lilas s’en est allé ,
La joie juvénile des jolis jours d’Avril ,
À jamais , s’est évanouie , – vaine nouvelle . –
Le concerto pour deux mandolines
Et la romance pour violon se sont tus ;
Sonate monotone pour une nuit d’automne …

·

Un tonnerre d’airain gronde :
Le ciel s’époumone de colère .
La bise , de son baiser fatal , fige les visages .
Une haleine de givre pétrifie les hellébores ,
Aux fleurs nimbées d’un voile de brume .
Et le coeur agnelin de Madeleine frissonne …

·

Madeleine , ma frêle ancolie ,
Si ton âme , en déveine de sève de vie ,
À la mélancolie s’abandonne ,
Ne permets pas que la peine , sur ta pâle face ,
Ne jette son dévolu .
À la faveur du soleil levant , à la saison nouvelle ,
De ton âme , la lampe à la mèche vacillante ,
Avec joie de vivre , s’élèvera aussitôt …

·

Isadova

·

Daniel F. Gerhartz - Her Favorite Place·
Daniel Gerhatz - Her favorite place

·

Les tourterelles


˜

À la faveur d’une champêtre balade ,

Je savoure du regard un instant de grâce , de pure régalade :
Une aquarelle pastel , aux nuances de perle et de jade .
Juchées sur une branche de cerisier sauvage , noueuse , en forme d’arcade ,
Un duo d’aimantes tourterelles s’échangent d’enthousiastes oeillades ,
Affectueusement , se donnent l’accolade ,
Et entonnent une galante roucoulade .

˜

 William Powell Frith - Les deux tourterelles

˜

Mon être s’évade , mon coeur bat la chamade …
Quelle singulière estrade ,
Me dis-je , pour interpréter une matinale aubade !
Le temps se gâte . Bien qu’étant chagrinée , je mets fin à ma bucolique escapade .
Discrètement , je quitte mes tendres camarades .
Adieu , embrassades , roulades et autres sérénades !
À moi , le souvenir charmant d’une idyllique promenade ..

˜

˜Isadova

˜

Élise ou les saisons de l’âme


·

Au dedans d’Élise ,
Palpite un vase de porcelaine .
Le mot de l’âge est innocence ,
Et à la faveur du soleil levant ,
Du juvénile soliflore ,
S’élève une fleur de lilas .

·

Au dedans d’Élise ,
Palpite un vase d’opaline .
Le mot de l’âge est bagatelle ,
Et à la faveur du soleil à son apogée ,
Du voluptueux soliflore ,
S’élève une fleur de camélia .

·

Norman Prescott Davies - As time goes by

·

Au dedans d’Élise ,
Palpite un vase de porphyre .
Le mot de l’âge est abondance ,
Et à la faveur du soleil des vendanges ,
Du fertile soliflore ,
S’élève une fleur de volubilis .

·

Au dedans d’Élise ,
Palpite un vase d’albâtre .
Le mot de l’âge est sérénité ,
Et à la faveur du soleil couchant ,
Du sage soliflore ,
S’élève une fleur d’immortelle .

·

Isadova

·

Baume d’Amour


·

Baume d’Amour , de lait si pur ,
Ô , divin emblème !
De mon âme , – remède suprême – ,
Adoucit l’amère amande .
Du calice de mon coeur ,
Élimine les pensées anathèmes ,
Sème en lui des rimes , des ‘ Je t’aime’ ,
Que mes pensées soient amènes .

·

Baume d’Amour , de miel si doux ,
Ô , divin emblème !
De ma bouche , – remède suprême , –
Amadoue les mots , les thèmes .
De la coupe de mes lèvres ,
Enlève les blasphèmes ,
Dépose en elle des perles , des poèmes ,
Que mes paroles soient amènes .

·

Baume d’Amour , d’huile si précieuse ,
Ô , divin emblème !
De mes doigts , – remède suprême , –
Apaise la blême raideur .
Dans le creux de mes mains ,
Étale le liniment de résine de myrrhe ,
Essaime par leurs soins , d’embaumées caresses ,
Que mes gestes soient amènes .

·

Isadova

·

Afficher l'image d'origine
Jean Raoux - Vestale portant le feu sacré (détail)

·

Rose d’Orient


·

Au verger de mon coeur ,
Souffle une aura de printemps ;
Et le bel amandier se pare de fleurs rose-pâle …
Sublimes sont les roses de mon jardin ,
Telles les roses Anglaises ;
Cependant , Sarah , mon âme soeur ,
Tu es la plus parfumée d’entre toutes .

·

Au verger de mon coeur ,
Souffle une aura d’été ;
Et le figuier offre ses tendres et sirupeux présents …
Splendides sont les roses de mon sérail ,
Telles les roses de Damas ;
Cependant , Sarah , ma vertueuse favorite ,
Tu es la plus prisée d’entre toutes .

·

Afficher l'image d'origine
Charles Lindelle - Jeune femme Juive de Tanger

·

Au verger de mon coeur ,
Souffle une aura d’automne ;
Et la vigne pavoise en livrée de raisins noirs …
Superbes sont les roses de mon pays de rêves ,
Telles les roses d’Ispahan ;
Cependant , Sarah , ma perle rare ,
Tu es la plus parfaite d’entre toutes .

·

Au verger de mon coeur ,
Souffle une aura d’hiver ;
Et l’olivier est couvert de fruits , promesse d’or en vases …
Somptueuses sont les roses de mon royaume ,
Telles les roses Bourbon ;
Cependant , Sarah , ma ravissante princesse ,
Tu es la plus précieuse d’entre toutes .

·

Isadova

·

Mouvements d’âme


··

Le coeur d’Elvire ,
Tout comme le violon ,
Possède une âme au mouvement Lento ;
Sur la gamme des sensations ,
Le Sol est une corde monotone ,
D’une mélancolique solitude , un prélude .

·

Le coeur d’Elvire ,
Tout comme le violon ,
Possède une âme au mouvement Gracioso ;
Sur la gamme des sentiments ,
Le est une corde rayonnante ,
D’un jouissif régal , un concerto .

·

 Afficher l'image d'origine
Guido Reni - Cecilia

·

Le coeur d’Elvire ,
Tout comme le violon ,
Possède une âme au mouvement Lamentabile ;
Sur la gamme des émotions ,
Le La est une corde plaintive ,
D’une mortelle langueur , une pavane .

·

Le coeur d’Elvire ,
Tout comme le violon ,
Possède une âme au mouvement Amoroso ;
Sur la gamme des émois ,
Le Mi est une corde passionnée ,
D’une douceur de miel , une romance .

 

Isadova

·

·

Réflexion


·

Au sein d’un propice silence ,
La vision d’un paysage serein ;
Émerveillée , je lève les yeux
Vers les montagnes élevées .
J’embrasse du regard l’étendue ,
Je dépasse les cimes
De ces imposantes
Et séculaires statues :
Sentiment de petitesse .

·

Le ciel , en signe de clémence ,
Déploie une banderole bleue azur ,
Et l’astre providentiel
Répand son intense lumière .
L’écrin de roche argenté
Et d’arbres verdoyants ,
Rehausse la teinte d’une perle rare ,
Aux contours finement ciselés :
Un lac alpin aux eaux tranquilles ;
Et sous le clair firmament ,
Miroite un moiré émeraude …

·

Altières sculptures de pierre
En pèlerine de neige ,
Qui , fièrement , se mirent et s’admirent !
Instantanément , le prisme de l’âme
De ces éminentes dames ,
Avec lyrisme et poésie ,
À fleur d’onde , se diffuse ,
Et tel un éphémère mirage ,
S’anime sublimement .

·

Isadova

·

Tableau double 20x 40 cm Reflets dans le lac de montagne  - peintures-axelle-bosler 
Reflets dans le lac de montagne - Axelle Bosler

·

Âme d’enfant


·

Mellina , ma toute belle ,
Ton âme est douce comme le miel ;
Les ailes des papillons pâles ,
– Images de mélancolie , –
Jamais , ton ciel bleu ancolie ,
Ne viennent voiler .

·

Mellina , ma colombe ,
Ton âme est lumineuse comme le soleil ;
Les ailes des lamentations blêmes ,
– Images de jérémiades , –
Jamais , ton ciel bleu lavande ,
Ne viennent éclabousser .

·

Mellina , ma tourterelle ,
Ton âme est chatoyante comme l’arc-en-ciel ;
Les ailes des calamités moroses ,
– Images de malice , –
Jamais , ton ciel bleu myosotis ,
Ne viennent désoler .

·

Isadova

·

Enfant en noir et blanc

·